Seminar
Goumegou, Susanne, Prof., Dr.
La ville dans le roman francophone d‘Afrique
Zeit: Mi 10-13
Ort: Neuphilologicum, 09
Beginn: 26.10.2016
Même s’il existait des villes importantes avant l’arrivée des Européens sur le continent africain, la ville coloniale marque un tournant décisif dans le développement de l’urbanisme en Afrique. Elle représente par excellence le « monde compartimenté » (Fanon), « le monde coupé en deux » qu’est le monde colonial et oppose, toujours selon Fanon, une ville « en dur », « illuminée », « une ville de blancs » à la « ville indigène », un « lieu mal famé, », « une ville affamée ». Dans les premiers romans africains en langue française, la ville joue déjà un rôle important dans l’itinéraire de beaucoup de protagonistes et se révèle parfois être partie prenante dans l’action. Contrairement au roman français du XIXe siècle, les descriptions détaillées sont rares, mais la ville et sa topologie acquièrent un statut important pour représenter la ségrégation raciale, sociale et économique du monde colonial. Elle est souvent conçue comme lieu de plusieurs dichotomies : celui de la modernité, opposé à celui de la vie traditionnelle au village, mais aussi comme le lieu de la confrontation avec le pouvoir colonial et plus tard postcolonial, souvent dictatorial. Le séminaire se propose d’étudier la manière dont le roman francophone d’Afrique construit l’espace urbain et le charge de significations, comment il lie des questions d’identité sur le plan individuel ainsi que national à la représentation de la ville. Les exemples retenus, tirés de l’époque coloniale et postcoloniale, permettent de retracer des étapes importantes de l’évolution du roman africain jusqu’au roman de la « migritude » (Chevrier) situé à Paris. Black Bazar de Mabanckou met en scène la communauté noire à Château Rouge et démontre comment les discours raciaux du passé colonial s’inscrivent dans les relations à l'intérieur de la communauté noire ainsi que dans leurs rapports à la société française.
Literatur: Seront étudiés en cours : Mongo Beti: Ville cruelle (1954; publié sous le pseudonyme d‘Eza Boto), Ahmadou Kourouma: Les soleils des indépendances (1968), Aminata Sow Fall: La grève des bàttu (1979), Tierno Monénembo: Les écailles du ciel (1986) et Alain Mabanckou: Black Bazar (2009). Les participants sont priés de se procurer les livres en question, disponibles en éditions de poche, et de commencer la lecture avant le début des cours. La lecture préalable de Ville cruelle est impérative pour la participation au cours.
Bemerkungen:
Leistungsnachweis: Mündliches Referat und (im Rahmen der jeweiligen Prüfungsordnung) Hausarbeit oder Klausur.
Anmeldung: per E-Mail direkt bei der Dozentin anmelden